Page d'accueil          Soutenez-nous!          Espace presse          Sur le comité     











Quarante trois ONG norvégiennes dénoncent la répression
nx_sultana_khaya2.jpg

Pendant les dernières deux semaines, les étudiants sahraouis aux colleges et aux universités de Maroc et du Sahara Occidental ont été soumis à graves violations des droits de l'homme. Vendredi le 23 de mai, 43 organisations norvégiennes ont firmé une lettre au gouvernment marrocain, demandant que les attaques contre les étudiants sahraouis terminent, et que leurs droits soient réspectés.
Mis à jour le: 26.05 - 2007 16:19Imprimez cette page    
A son Excellence Monsieur le Ministre de l’Intérieur,
M. Chakib Benmoussa
Rabat, Maroc.
Fax : +212 37 76 20 56

Oslo, Norvège,  22 mai 2007

Lettre ouverte au Gouvernement marocain,

Cesser les attaques contre les étudiants sahraouis.

Monsieur le Ministre,

Nous, les organisations signataires, aimerions exprimer nos préoccupations les plus vives concernant les droits de l’homme au Maroc et dans les territoires occupés du Sahara Occidental, et en particulier ceux concernant les étudiants et jeunes sahraouis.

Les étudiants sahraouis dans les universités et campus du Maroc et au Sahara Occidental sont, depuis le 2 mai de cette année victimes d’attaques sans précédent de la part de la police marocaine et de groupes armés. Selon des organisations de droits de l’homme au Sahara Occidental, la presse marocaine et internationale, des témoins et des victimes elles-mêmes, des dizaines d’étudiants sahraouis ont été retenus en garde à vue et arrêtés et d’autres, plus nombreux encore, ont été blessés. Certaines de ces attaques, selon certains rapports, ont impliqué des bastonnades sévères et des abus sexuels, ainsi que du harcèlement de victimes hospitalisées. Des résidences d’étudiants sahraouis ont été pillées et saccagés par la police et ces groupes armés. La police marocaine a, à plusieurs reprises, au cours de ces expéditions violentes, prononcé des propos discriminatoires à l’encontre des sahraouis, faisant référence à leurs aspirations politiques  de voir, un jour, le Sahara Occidental indépendant.

L’incident le plus grave à ce jour a été le cas de l’étudiante Sultana Khaya, qui, le 9 mai alors qu’elle appelait, de façon pacifique, à la libération de ses camarades, fut brutalement frappée par la police. Elle a perdu l’usage de son œil droit et souffre de nombreuses contusions. Voir la photos sur : http://www.vest.sahara.no/index.php?cat=1&art=459.  On peut également regretté que cette agression à l’encontre des étudiants sahraouis surviennent au moment de la préparation de leurs  examens terminaux qui ont lieu au début du mois de juin.

Selon nos études, les étudiants sahraouis sont actuellement victimes d’un forme nouvelle de double agression. Non seulement leur sécurité physique est gravement menacée mais leur futur également, en raison de cette perturbation pendant leurs examens.

Nous aimerions mettre l’accent sur le fait que tous les étudiants, qu’ils soient marocains ou sahraouis, ont un droit légitime à la liberté d’expression, de mouvement, d’association et de rassemblement, et que le gouvernement marocain a le devoir de faire respecter et de protéger ces droits.

Des rapports d’organisations de droits humains et des médias indiquent que les autorités marocaines n’ont pas montré le respect de ces droits et ont fait preuve de discrimination à l’égard des étudiants sahraouis en faisant usage de violence, d’arrestation et d’accusations à connotation politique.

Depuis l’invasion du Sahara Occidental en 1975, l’état marocain viole, de façon systématique, les lois internationales, les résolutions de l’ONU et de la convention de Genève en refusant au peuple sahraoui leur droit à l’autodétermination, en déplaçant des centaines de milliers de colons marocains et en les installant dans les territoires occupés et en écrasant l’opposition à l’occupation en emprisonnant des milliers de sahraouis ou en organisant la ‘disparition brutale’ de 520 d’entre eux.

Dans la mesure où les revendications des étudiants sahraouis sont centrées sur le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et la libération de leur territoire, il est important de rappeler que ce droit a été reconnu par de nombreuses résolutions du Conseil de Sécurité et d’Assemblées Générales de l’ONU, ainsi que d’accords signés entre le gouvernement marocain et le  front Polisario. Selon le plan de paix de 1991, les sahraouis devaient choisir entre l’indépendance et l’intégration au cours d’un référendum libre, juste et transparent. 16 ans plus tard, les accords n’ont toujours pas été respectés. Aujourd’hui, le gouvernement marocain  rejette ouvertement les accords passés, sabotant ainsi les efforts de l’ONU et en ce faisant, continue de violer le droit international.

La frustration grandissante et tout à fait compréhensible et le désespoir de la jeunesse et des étudiants sahraouis aujourd’hui, ainsi que la brutalité avec laquelle la police sahraouie choisit d’y répondre, risque de provoquer d’autres conflits,  de créer plus de confrontations et de désordre à la fois au Maroc et au Sahara Occidental. Nous demandons donc expressément aux autorités marocaines, de faire tout leur possible afin de protéger les droits de tous les étudiants inscrits dans les universités marocaines, et en particulier ceux des étudiants sahraouis, en :

  • garantissant leur sécurité physique,
  • protégeant leur liberté d’expression, de mouvement, d’association et de rassemblement,
  • poursuivant en justice tous ceux qui se rendraient coupables de telles attaques et en prenant les mesures nécessaires pour qu’elles ne se reproduisent plus,
  • permettant la libération immédiate et inconditionnelle des sahraouis qui ont déjà été arrêtés pour des raisons politiques, ainsi que tous ceux qui sont retenus de façon temporaire et sont actuellement en attente de jugement dans les villes d’Agadir, Marrakech, Rabat et Casablanca.

    Pour finir, nous demandons expressément au gouvernement marocain de répondre aux griefs des étudiants sahraouis en respectant les droits d l’homme dans les territoires occupés et en permettant un référendum libre, juste et transparent sur l’indépendance de ce territoire.

    Monsieur, soyez assuré de notre haute considération et de nos sentiments les plus respectueux.


    Norwegian Support Committee for Western Sahara (Støttekomiteen for Vest-Sahara)
    The Rafto Foundation (Raftostiftelsen)
    Norwegian Refugee Council (Flyktninghjelpen)
    Norwegian Council for Africa (Fellesrådet for Arika)
    Norwegian Church Aid (Kirkens Nødhjelp)
    Norwegian P.E.N. (Norsk PEN)
    Norwegian Students' and Academics' International Assistance Fund (Studentenes og Akademikernes Internasjonale Hjelpefond, SAIH)
    Human Rights House Foundation
    The Norwegian Helsinki Committee (Den norske Helsingforskomité)
    International Society for Health and Human Rights
    The Norwegian Peace Association (Norges Fredslag)
    Future in Our Hands (Framtiden i våre hender)
    Involve Yourself
    Norwegian Tibet Committee (Den norske Tibet-komité)
    Socialist Left Party (Sosialistisk Venstreparti)
    Norwegian Labour Youth (Arbeidernes Ungdomsfylking, AUF)
    Young Liberals of Norway (Unge Venstre)
    Red Youth Norway (Rød Ungdom)
    Norwegian Center Youth (Senterungdommen)
    Progress Party Youth (Fremskrittspartiets Ungdom, FpU)
    Norwegian Young Conservatives (Unge Høyres Landsforbund)
    Socialist Youth (Sosialistisk Ungdom)
    Christian Democrat Youth (Kristelig Folkeparti Ungdom)
    Trade Union for Industry and Energy (Fagforeningen for Industri og Energi)
    Union of Education Norway (Utdanningsforbundet)
    The student union of Union of Education Norway (Pedagogstudentene i Utdanningsforbundet)
    The National Union of Students in Norway (Norsk Studentunion)
    Norwegian Association of Students (Studentenes Landsforbund)
    School-Student Union of Norway (Elevorganisasjonen i Norge)
    Student parliament at the University of Oslo
    Student parliament at the Lillehammer University College
    Student parliament at the Nord-Trøndelag University College
    Student Democracy at the Norwegian University of Life Sciences (Studentdemokratiet NSU-Ås ved Universitetet for Miljø- og Biovitenskap)
    Palestine Committee in Tromsø (Palestinakomiteen, Tromsø)
    Attac Hordaland and Bergen
    War Resisters International (Folkereisning mot Krig)
    Bamble International Association (Bamble Internasjonale Forening)
    Tvibit Youth House
    Young Artists' Society (Unge Kunstneres Samfund)



    Copie également envoyée à
    M. le Ministre marocain des Affaires Etrangères, M. Mohamed Benaissa
    M. Le Ministre marocain de la Justice,M.  Mohamed Bouzoubaa
    Ambassade du Royaume du Maroc, Oslo

    The Royal Norwegian Ministry of Foreign Affairs
    The Royal Norwegian Embassy in Rabat, Morocco
    The Norwegian Delegation to the United Nations, New York
    The Norwegian Delegation to the United Nations, Geneva

    Moroccan and International press
    Human Rights organizations: Amnesty International, Human Rights Watch, The International Helsinki Federation for Human Rights (IHF), International Federation for Human Rights (FIDH)
  •     
    Actualités:

    19.01 - 2016 / 19.01 - 2016Accès au Sahara refusé à 67 visiteurs étrangers pendant 2 jours
    17.01 - 2016 / 17.01 - 2016Trois autres norvégiens et un polonais expulsés du territoire occupé
    17.01 - 2016 / 17.01 - 2016 Dix norvégiens et un néerlandais déportés du Sahara aujourd'hui
    31.12 - 2015 / 31.12 - 2015Glencore en liste noire de KLP pour sa recherche de pétrole au Sahara
    31.12 - 2015 / 31.12 - 2015Une Compagnie maritime arrête ses transports du Sahara Occidental
    24.12 - 2015 / 24.12 - 2015Total a quitté le Sahara Occidental occupé
    26.09 - 2013 / 26.09 - 2013Salah Ameidane sur la 2ème place à Oslo Maraton
    29.08 - 2013 / 29.08 - 2013Suivez notre nouvelle page sur Facebook!
    27.04 - 2013 / 27.04 - 2013AUF: Le Parti Travailliste désire la reconnaissance du Sahara
    14.12 - 2011 / 14.12 - 2011La Norvège inscrit PotashCorp sur une liste noire
    08.10 - 2011 / 08.10 - 2011Un sous-traitant pétrolier sort du Sahara Occidental
    30.06 - 2011 / 30.06 - 2011Le Gouvernement norvégien clarifie sa position sur le Sahara
    28.10 - 2010 / 28.10 - 2010Enfant Saharaoui tué par la police marocaine
    23.10 - 2010 / 23.10 - 2010L'armée marocaine lance des pierres sur des Saharaouis
    14.06 - 2010 / 14.06 - 2010Pillage des ressources naturelles sahraouies
    12.05 - 2010 / 12.05 - 2010Une compagnie de services sismiques rénonce au Sahara Occidental
    12.05 - 2010 / 12.05 - 2010Abattu par le commerce avec le Sahara, le président démissionne
    12.05 - 2010 / 12.05 - 2010Les importations du Sahara Occidental : scandale commercial
    11.04 - 2010 / 11.04 - 2010Un géant arrête ses achats au Maroc et Sahara Occidental
    15.03 - 2010 / 15.03 - 2010La police a réprimé une manifestation pacifique
    24.02 - 2010 / 24.02 - 2010Les juristes du Parlement européen déclarent illégale la pêche
    19.02 - 2010 / 19.02 - 2010Les murs d'El Aaiun






    FR  NO EN ES FR

    Depuis 1975, trois quarts du territoire du Sahara Occidental sont occupés par le Maroc. Une majorité de la population vit toujours dans des camps de réfugiés en Algérie. Ceux qui sont restés dans leur pays sont victimes de graves exactions de la part de l'occupant marocain. Depuis plus de 40 ans les Sahraouis attendent la mise en oeuvre de leur droit légitime à l'autodétermination.


    Suivez les nouvelles sur la pêche européenne illegale


    L'UE paye le Maroc pour pêcher au Sahara Occidental occupé.

    Støttekomiteen for Vest-Sahara, , - :
    Kontonr 9857.05.48999 - 987 378 352 -